Extrait 1 / Biographie classique (Madame A. L., 95 ans)

« Comme pour tout anniversaire, se posa la question des cadeaux. Mon beau-frère savait exactement ce qu’il voulait, il rêvait d’un nouvel ordinateur. Mais lorsque mon tour est venu de m’exprimer, une idée ancienne m’est revenue en mémoire…
Et je m’entends encore répondre sur le ton enjoué d’une petite fille : « Il y a longtemps que j’aimerais faire un voyage en montgolfière ! ».

Bien des années plus tôt, alors que mon mari et moi passions des vacances en amoureux à Chamonix, nous avions pu observer des personnes s’élancer en parapente et cela m’avait donné furieusement envie d’en faire autant. Je me disais que ce devait être une sensation terrible, et je nourrissais le secret espoir de m’élancer à mon tour.
Mais J, qui souffrait du vertige et du mal des montagnes, était loin de partager ma motivation. Il ne s’était pas senti en mesure de m’accompagner et m’avait poussée à renoncer.
Je m’étais résignée de bonne grâce pour ne pas lui créer d’anxiété inutile.
A l’occasion de mes quatre-vingt-dix ans, bien sûr, il n’était plus question de s’élancer en parapente. Pourtant, j’avais toujours en tête ce rêve d’un vol à l’air libre et la montgolfière m’est apparue comme un moyen plus accessible à cet âge.

(…)

La sensation en montgolfière, je l’ai trouvée des plus agréables : nous voguions au gré du vent, sentant le ballon tour à tour monter et redescendre, goûtant au délicieux sentiment de se laisser porter. D’en haut, nous pouvions observer les enfants suivre la montgolfière en voiture depuis la route pour nous récupérer à l’atterrissage.
Nous sommes passés au-dessus des champs, des jardins, des maisons et parfois même de familles en train de déjeuner dans leur propriété. Je n’oublierai jamais cette incroyable sensation de hauteur et de liberté.
Nous avons ainsi survolé plusieurs villes et hameaux avant d’atterrir dans notre champ d’arrivée. Une chose est sûre : en montgolfière, la descente est douce, mais à l’arrivée… Ça cogne ! »

Extrait 2 / Biographie thématique sur le thème de la Mer (S. P., 50 ans)

« (…) Nous avons réussi tant bien que mal à regagner le port. Les vents se sont calmés une fois en Bretagne Sud et nous avons alors vécu un autre moment de magie pure : en arrivant à Belle-Ile et alors que le soleil entamait sa descente vers l’horizon, des dauphins sont venus nager tout autour de nous dans l’eau scintillante. Le film du Grand Bleu prenait littéralement vie sous nos yeux.
Au retour, ma sœur V. nous a rejoints à bord. La météo s’annonçait plus clémente mais le moteur du Maïca a fini par nous lâcher et sur la fin de notre croisière, nous avons dû réaliser toutes les manœuvres et les arrivées au port manuellement, à la voile.

(…)
Au niveau du Raz de Sein, il y a eu un raté. Nous avons subitement perdu la maîtrise du voilier.
Cette zone est réputée pour être particulièrement agitée, les courants anarchiques, et nous avons mal évalué la route à prendre : nous naviguions désormais à contrevent et à contre-courant.
L’océan était démonté, une vraie machine à laver, à tel point que le bateau s’est rapidement retrouvé à la verticale. Pour la première fois, j’ai eu l’impression que ma vie allait peut-être s’arrêter là.
Dans ces moments où l’on se dit que c’est la fin, le temps s’arrête, c’est comme si l’on vivait au ralenti, chaque seconde semble durer une éternité.
La pratique de la Voile m’aura permis d’expérimenter ces instants hors du temps pendant lesquels on sort du quotidien et des obstacles de la vie courante pour se confronter à notre fragilité, notre condition d’être humain. »

Extrait 3 / Portrait professionnel

Valoriser l’humain.

Dynamique, enthousiaste, passionnée, Maître D. revendique son approche très personnelle du métier d’avocate spécialisée en Droit du travail.
C’est par l’écoute attentive de ses clients et la relation de confiance qu’elle sait instaurer avec chacun d’eux qu’elle peut créer l’émulation positive nécessaire au traitement des dossiers les plus coriaces. 

Lorsqu’on l’interroge sur les aspects les plus importants de son métier, Maître D. répond du tac au tac « Ecouter, analyser, conseiller et surtout faire équipe avec mon client : l’aider et le défendre au mieux de ses intérêts, mais toujours en respectant l’autre, la dignité de chacun ».

Au cœur de la ville de B., son cabinet reflète cette détermination calme, ce mélange d’énergie et d’esprit zen si essentiels à l’exercice d’un métier aux multiples facettes. Une profession qui, d’un instant à l’autre, peut la faire passer de la tentative de négociation et de la recherche d’un compromis, à la défense becs et ongles d’un dossier au conseil de Prud’hommes.

Là, quelques pins parasols japonais, ici une magnifique photo de Sebastiao Salgado, son décor favorise l’apaisement tout en évoquant la force tranquille et positive de la Nature. L’idée, aller à l’essentiel, et passer progressivement de l’émotion première à l’analyse, à la stratégie et à l’action.

Surtout, travailler ensemble et puiser dans cette alliance les clés et l’énergie de la réussite.”

Découvrir mes prestations d’écriture ou d’accompagnement à l’écriture :

-> Ecrire une autobiographie ou un livre personnel

-> Commander une interview ou un portrait (formats courts)

-> Ecrire un livre hommage à une personne décédée

-> Faire relire ou m’aider à terminer mon autobiographie