Lorsqu’on souhaite écrire ses mémoires pour transmettre son histoire à ses proches, plusieurs questions peuvent se poser :


Vais-je parler un peu, beaucoup de mes parents, de mes grands-parents, de mes arrière-grands-parents quand je dispose d’informations les concernant ?
Vais-je commencer au moment de ma naissance et de mon enfance ? Ou ne me concentrer que sur des moments forts, des souvenirs marquants, des tournants dans ma vie ?

Eh bien… Comme vous l’imaginez peut-être, je vous répondrai qu’il n’y a pas de bonne ou mauvaise façon de procéder !
Mais le plus important est, avant de commencer à écrire, de définir la raison d’être de votre livre, les lecteurs à qui il s’adresse, et le point de vue que ces choix peuvent vous amener à adopter.

1 – Le point de vue de l’historien

« Je souhaite transmettre à ma famille un maximum d’informations sur moi, mais aussi sur leurs parents, leurs grands-parents et leurs ancêtres plus lointains à partir de tous les éléments dont je dispose. »

comment écrire mes mémoires - Marie Pouliquen, biographe

Conseil n°1 : Faites le tri dans tous les documents et informations que vous possédez sur votre famille.

– Les informations sur la vie d’un ancêtre peuvent tenir en quelques lignes : vous connaissez son état civil, son métier, quelques éléments sur son caractère mais vous ne pourrez pas vraiment développer un chapitre à son sujet. Il pourra alors prendre place dans un arbre généalogique succinct, aux côtés de toutes les autres personnes sur lesquelles vous n’avez pas beaucoup de renseignements.

– Un parent peut être au contraire connu, avoir marqué son époque et vous disposez d’un grand nombre d’informations à son sujet. Dans ce cas, peut-être faut-il songer à lui dédier un récit à part, sur lui, sur sa vie et son œuvre, et l’enrichir de documents visuels et photos, lettres, articles de journaux…

En parallèle un autre récit contenant la biographie familiale plus « globale » pourra alors s’écrire en parlant de cette personnalité mais dans un registre plus personnel et de façon moins détaillée. Vous pourrez laisser de la place pour tous ceux que vous souhaitez évoquer.

Conseil 2 : Commencez à écrire avec les éléments dont vous disposez en les considérant comme suffisants.

Bien sûr, vous pouvez mener l’enquête, mais si vous avez vraiment envie de donner forme à votre livre, il faudra toujours, à un moment, partir de ce que vous avez.
Je vous conseille de commencer à écrire tout de suite votre livre et à le mener le plus loin possible.
Si vous parvenez à concevoir une histoire assez complète de votre famille tout en y intégrant vos propres souvenirs personnels, il sera toujours temps, ensuite, de poursuivre des recherches pour l’enrichir encore.

2 – Ecrire mon autobiographie en commençant au moment de ma naissance

« Je souhaite raconter ma vie pour que mes proches ou le plus grand nombre connaissent mon histoire. »

Conseil 3 : demandez-vous ce que vous avez vraiment envie de transmettre à vos lecteurs.

Qu’il s’agisse de votre biographie complète ou de raconter une période, un moment de vie particulier, dites-vous bien que vos ascendants, biologiques ou adoptants, apparaîtront dans vos souvenirs.

Donc, lorsque vous parlez de vous, c’est aussi tout un contexte familial, amical et professionnel que vous ranimez ainsi que des interactions et événements se succédant au fil du temps.
Transmettre son histoire en commençant par sa naissance et ses propres souvenirs d’enfance, c’est donc aussi parler de ses ascendants, de toutes les personnes qui comptent ou ont marqué votre vie, que ce soit “en bien” ou “en mal”.
Parfois, une phrase toute simple suffit à leur donner corps : “Tonton André, ancien militaire et gravement blessé à l’oeil pendant la guerre, était un homme très gentil et toujours souriant.” ou “Je n’ai pas connu cette arrière-grand-mère, mais ma mère me l’a décrite comme une conteuse hors pair qui savait captiver son auditoire…”

Conseil 4 : Laissez votre mémoire ne pas suivre un ordre chronologique parfait.

La mémoire emprunte ses propres chemins, et fait parfois des allers-retours. Et si vous la laissiez aller en notant vos souvenirs comme ils viennent ?
Il sera toujours temps de structurer votre récit plus tard, seul(e) ou avec l’aide d’un écrivain biographe qui pourra vous relire, vous aider à remettre de l’ordre avec un point de vue de lecteur.

Cela fait partie des services que je propose en tant que biographe : Relecture et finalisation de votre autobiographie, si jamais cela peut vous intéresser.

3 – Ecrire mon autobiographie de façon plus thématique

« Je souhaite raconter ma vie pour transmettre des valeurs, un message, témoigner des moments les plus difficiles, incroyables, ou beaux que j’ai vécus »

Conseil 5 : Prenez un moment pour réfléchir aux grandes étapes de votre vie

Ce n’est pas parce qu’une biographie est souvent chronologique qu’elle doit être linéaire, et accorder un même nombre de pages à toutes les périodes de sa vie.
Cinq ans pendant son enfance, une période de guerre, de maladie, de voyage ou vie dans un pays étranger peuvent donner naissance à une cinquantaine de pages, alors que vingt années sans événement majeur peuvent vous sembler moins intéressants à raconter, et vous n’y consacrerez que quelques lignes.
Accepter cette inégalité des durées et de l’importance de certains événements, c’est sans doute la meilleure façon de commencer d’aborder votre autobiographie.

Conseil 6 : Faites-vous confiance et sentez-vous libre. Ne vous forcez pas à TOUT dire.

Votre vie, vous êtes seul.e à l’avoir vécue, à la vivre encore aujourd’hui, et vous pouvez en dire exactement ce que vous voulez. Ne vous obligez pas à essayer d’en faire une biographie équilibrée dans les contenus, car ce qui se cache derrière est cabossé, fait de hauts et de bas, d’accélérations et de ralentissements.
Parlez de ce que vous souhaitez vraiment transmettre à ceux qui pourraient lire ce livre. C’est ainsi que non seulement ils découvriront des choses sur votre vie mais ils liront avec attention et plaisir.


Vous avez une passion qui rythme votre vie depuis toujours ou presque, comme le cinéma, la danse, la musique, la plongée, la lecture, les voyages, la Nature, le sport etc. ?
Je propose dans mes prestations de biographe celle d’écrire sa biographie à travers cette passion.
Comment ? Eh bien cela dépend de votre passion et de la place qu’elle prend dans votre vie.
Mais n’hésitez pas à me contacter si cela vous intéresse car cela permet d’approcher les moments de sa vie de façon différente et pleine d’émotions positives.

En prenant l’angle de cette passion, votre récit deviendra très vivant et émouvant, il vous donnera envie de raconter : faites-moi confiance, dès qu’il s’agit de parler de sa passion, nos yeux s’allument et la parole se libère.
Il faut juste prendre garde au bon dosage dans l’écriture !

En savoir plus sur mes services de biographe privé pour vous ou pour un proche :

Ecriture de biographies pour les particuliers
Relecture et aide à la finalisation de votre livre autobiographique
Ecriture d’un livre hommage pour un proche disparu

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *